Louise Lecavalier_Mille Batailles

©André Cornellier

Louise Lecavalier_Mille Batailles

©André Cornellier

Louise Lecavalier_Mille Batailles

©André Cornellier

Louise Lecavalier_Mille Batailles

©André Cornellier

Louise Lecavalier_Mille Batailles

©André Cornellier

Louise Lecavalier_Mille Batailles

©André Cornellier

Louise Lecavalier_Mille Batailles

©André Cornellier

Louise Lecavalier_Mille Batailles

©André Cornellier

Louise Lecavalier_Mille Batailles

©André Cornellier

Louise Lecavalier_Mille Batailles

©André Cornellier

Mille batailles

LOUISE LECAVALIER
FOU GLORIEUX

Canada / 2 danseurs + 1 musicien
Présenté dans le cadre de la Biennale de la danse Grand Est - Exp.Édition 2017
Dans son armure d’aujourd’hui, tout de noir vêtue, pantalon en latex et chandail à capuche recouvrant ses cheveux, Louise Lecavalier avance cachée. Mais qui est-elle réellement ? Danseuse de l’excès comme dans son splendide duo So Blue ou guerrière sans corps inspirée par le Chevalier inexistant d’Italo Calvino ?
On l’a vue sur les musiques de transe techno de Mercan Dede, se livrer à toute la démesure d’un époustouflant duo, So Blue. Dans Mille batailles, c’est avec son acolyte Robert Abubo – tour à tour l’ombre ou l’écuyer de cette fiction dansée – qu’elle réapparait, telle une guerrière de l’improbable.
Que fait-on quand on n’a pas de corps ? Chez Calvino, on peut mettre les choses en ordre ou à l’inverse incarner l’inexistence de la perfection. Avec Louise Lecavalier, les gestes tranchent l’espace. Contacts ou luttes inopinées, pas glissés, latéraux, croisés, comme tricotés, plus qu’un combat, Mille batailles se présente comme un jeu entre le possible et l’impossible.
Sur la trame musicale d’Antoine Berthiaume interprétée en direct, l’énergie du mouvement se double d’un sens de l’humour absurde. La fiction a tous les droits car elle ne ment jamais suggérait le roman de l’auteur italien. La danse et ses identités multiples partagerait-elle ces qualités ? Subtile et impérieuse, la chorégraphie semble plutôt guidée par un esprit chevaleresque réactualisé, suggérant par son ton léger, les mille variations du mouvement et la beauté de l’inattendu.
Chorégraphie : Louise Lecavalier
Interprètes : Louise Lecavalier, Robert Abubo
Musique originale interprétée live : Antoine Berthiaume
Assistante à la chorégraphie et répétitrice : France Bruyère
Conception lumières : Alain Lortie
Conception costumes : Yso
Production : Fou glorieux / Coproduction :tanzhaus nrw, Düsseldorf - HELLERAU European Center for the Arts Dresden -  le CENTQUATRE, Paris - Festival TransAmériques Montréal - Usine C, Montréal / Louise Lecavalier est artiste associée internationale au CENTQUATRE - Paris